Quatrième de couverture :

Ma bien chère Louise, à présent que le monde semble tourner à nouveau à peu près rond, te voilà donc repartie à Paris où une nouvelle existence t’attend.
Comme j’en suis heureuse pour vous trois, quel soulagement pour ta vieille Mamet, vous allez pouvoir reprendre le cours interrompu, si tragiquement, de vos jeunes vies.
Nous avons passé ensemble au mas toutes ces dernières années, nous aidant mutuellement, nous soutenant grâce à notre affection, pour traverser toutes ces épreuves. Quelle aide précieuse de pouvoir ainsi compter l’une sur l’autre, ma chère enfant, au milieu du chaos de la guerre!
C’est grâce à cela que nous sommes arrivées à tenir malgré tout, durant toutes ces horribles années et à survivre vaille que vaille, puis comme tout le reste de la population française, nous nous sommes remises à espérer, afin que la vie reparte enfin. »

Mamet et sa petite-fille Louise ont repris en 1925 leur correspondance au milieu de ces étonnantes années folles, et de tout ce renouveau mêlé d’optimisme de la France d’après-guerre. Les lettres qu’elles s’échangent décrivent les événements de leurs vies, à travers ceux de l’actualité, tant française que mondiale, telle une belle fresque de l’histoire de France… Marie-Hélène et Isabelle Morot-Sir, avant tout mère et fille, ont délaissé leurs autres travaux littéraires, le temps de cette correspondance d’une autre époque pour endosser, à nouveau avec délices, ces deux personnages attachants.

risus. at dapibus Nullam velit, dolor. luctus tristique mi, ipsum