Critique de la Fleur de l’ombre

Par Sophie du Blog Fofielit

 La Fleur de l’ombre est un roman dystopique d’Isabelle Morot-Sir. 

J’ai été conquise dès les premières lignes… 

 Dans La Fleur de l’ombre, l’écriture d’Isabelle Morot-Sir est tout autre que dans les trois précédents romans que j’ai lu…  Les descriptions sont brèves, on ressent une vraie tension lors de la lecture qui se veut rapide ! 

 Les personnages montrent que les apparences ne sont rien.

 Tamara est une jeunette de seize ans, très intelligente. Elle rêve de grande chose, elle a de l’ambition… Mais un jour tout bascule et la voilà devenue Mère de la Patrie ! Ce n’était pas du tout ce à quoi elle s’attendait et ce n’est pas du tout ce qu’elle veut ! Tamara est un personnage très fort et courageux, elle est épatante, elle ne se résigne pas, elle croît en elle, en l’avenir et en Liam…

 Liam… Il est tout sauf ce qu’il parait, lui ! 

C’est un personnage qui prend soin des siens, il le fait par choix mais surtout par amour. Il est téméraire, réfléchi, et puis pour ne rien gâcher : carrément mignon… 

 Marius, Jules et Rocco m’ont bien plu ! Même si on les lit peu, ils sont là pour aider et protéger Tamara ; alors que je m’attendais à du « chaotique » quand elle était sur le point de les rencontrer… 

Lisa et ses parents sont touchants, empli d’amour et de bons sentiments.

 Dans La Fleur de l’ombre, on découvre l’action au fur et à mesure que Tamara la vit. C’est une dystopie qui fait réfléchir sur ce qui nous entoure, sur ce qu’il se passe dans certains pays, sur l’autre, sur soi… 

Cette dystopie est à la croisée de La Servant écarlate de Margaret Atwood et d’Hunger Gamesde Suzanne Collins ! ?

 La Fleur de l’ombre m’a bien plu ! 

Isabelle Morot-Sir aurait rajouté 183 pages de plus que ça ne m’aurait pas gênée du tout : tellement l’action est rondement menée et que Tamara et Liam sont des bons compagnons d’aventures ! 

adipiscing commodo porta. neque. Aenean in ante. tristique
%d blogueurs aiment cette page :