Critique par Jeanne Sélène

 

C’est le deuxième livre d’Isabelle Morot-Sir que je lis et encore une fois, j’ai beaucoup apprécié l’écriture. Je la trouve fluide avec un vocabulaire recherché, bref, très agréable à suivre.  

Côté monde, j’ai vraiment aimé toutes les petites touches d’hommage à La Ballade de Pern de Anne McCaffrey. D’autant plus qu’Isabelle Morot-Sir parvient malgré tout à créer un univers différent et bien personnel.  

L’histoire aussi est très sympathique, on est loin des récits de fantasy où les gros bras sont à l’honneur en trucidant à tout-va. Il s’agit pour notre héroïne, l’attachante Mona, de trouver une solution pour mettre fin à la guerre mais en citant Gandhi et Sun Tzu !  

J’ai aussi beaucoup aimé tous les éléments qui faisaient référence à la notion de deuil et d’acceptation. Les petits détails de l’histoire qui permettaient peu à peu aux personnages détruits psychologiquement de revenir à la vie, qu’il s’agisse d’humains (Mona) ou non (Fléau).

Je me suis beaucoup attachée aux personnages avec un petit faible pour Morkeleb (un dragon) et Fléau (un cheval de guerre).

 

La tournure du récit, bien qu’il y ait une fin, laisse la porte ouverte à une suite et j’en serais vraiment ravie !

consequat. risus elit. lectus consectetur quis, tristique leo luctus elit.
%d blogueurs aiment cette page :