Chronique de « Les citadelles l’intérgale » par Solène du blog Les histoires de Solène

Aujourd’hui, je viens vous parler d’un gros coup de cœur en fantasy : l’intégrale Les Citadelles de Isabelle Morot-Sir !

Il s’agit de deux livres rassemblés en un qui concernent le même univers et la même famille.

En global j’ai eu grand plaisir à plonger dans cet univers. Dans ces livres, l’auteure nous dévoile les us et coutumes des dragonniers et moi qui adore les dragons, j’ai été ravie de découvrir ce qu’elle imagine autour d’eux et de leur mode de vie. Le lien créé entre dragons et dragonniers m’a beaucoup fait penser à celui des familiers de l’univers de Tara Duncan, une autre série que j’ai dévorée mais qui s’adresse à un public plus jeune.

L’écriture de l’auteure est très douce, on sent son amour pour les mots, les belles phrases et pour son univers et ses personnages qui sont profonds. Le seul point négatif que j’ai noté concerne le premier tome où j’ai remarqué de nombreuses coquilles ce que je trouve vraiment dommage quand on voit la qualité de l’histoire. Mais dans le second tome je n’ai pas eu ce problème et surtout, cela ne m’a pas empêché de dévorer les aventures de Mona puis celles de Nor’ !

Je vais maintenant parler rapidement de chaque tome qui, il me semble, peuvent aussi être lu séparément, se suffisant à eux-même. Bien sûr dans le second il y a des rappels au premier mais je pense que quelqu’un qui ne souhaitera lire que le deuxième n’éprouvera pas de difficultés.

 

Dans le premier tome, l’histoire commence dans notre monde. On suit Mona, secrétaire à la vie morne et ennuyeuse qui va un jour tomber sur un étrange collier. Lorsqu’elle l’enfile, il la propulse dans un monde fantastique où elle est l’élue, envoyée pour arrêter la guerre. C’est une femme forte mais blessée par la vie. On comprend au long de l’histoire qu’un drame l’a touché et qu’elle ne s’en est jamais remis. C’est grâce à sa sagesse et à la lecture de l’Art de la Guerre qu’elle va trouver la solution pour sauver ce nouveau monde qu’elle prend plaisir à découvrir.

Dans les deux tomes j’ai remarqué que l’univers de ces histoires est extrêmement macho. Plusieurs fois j’ai soufflé en lisant les phrases de certains protagonistes auxquelles doivent faire face les deux héroïne. Dans le tome 1 : La Citadelle des dragons, au lieu d’un homme fort et robuste, l’élue est une femme ce qui en déçoit plus d’un qui ne se manquent pas de le dire. Dans le tome 2 : La Citadelle dans la montagne, Nor’ est la première femme à intégrer l’univers très masculin des dragonniers qui sont convaincus qu’une femme sera trop faible pour survivre à leur entrainement, et que psychologiquement, elle ne tiendra pas le coup face aux horreurs de la guerre… Les deux héroïnes de ces histoires font changer les choses petit à petit mais l’auteure ne leur facilite pas la tâche.

Dans ce premier tome, j’ai beaucoup aimé découvrir le nouvel univers en même temps que l’héroïne mais j’ai aussi adoré les différents personnages, notamment Morkeleb (le grand dragon noir) et Fléau (le cheval de guerre) qui sont mes préférés. Ils sont tous les deux sages et bien loin des préoccupations des humains mais ils aident tous les deux énormément Mona dans sa quête.

Dans cet univers, cette dernière va devoir affronter une menace totalement inconnue qui ravage les armées du roi et qui menace la Citadelle. Elle fait face à de nombreux obstacles mais elle arrive à rester optimiste malgré tout. Grâce à la pierre sur son collier, elle comprendra le langage de leurs assaillants et fera un choix décisif. Je ne peux pas vous en dire plus parce que ce serait en dire trop, mais j’ai vraiment adoré la bienveillance de ce personnage au grand cœur pendant toute l’histoire. Elle aurait pu être détestable mais non, sa sagesse et son amour sans faille la rendent vraiment adorable.

Un gros coup de cœur pour ce premier tome donc !

Le résumé de La Citadelle des dragons

Comment peut-on passer d’une vie fade de secrétaire dans un cabinet notarial parisien, à celle de gardienne d’un pouvoir mythique ? De surcroît dans une citadelle en guerre, parcourue par des dragons et leurs non moins terrifiants dragonniers… C’est bien ce que risque de découvrir Mona à son cœur défendant, elle qui meurtrie par la vie ne souhaite plus dans son existence que l’amitié de sa plante carnivore…

Passons maintenant au tome 2 : La citadelle dans la montagne.

Et c’est aussi un grand coup de cœur pour ce deuxième tome ! L’histoire se déroule vingt ans après la première histoire et – enfin ! – une dragonnière est née faisant basculer les certitudes de la forteresse des dragonniers macho.

Concernant l’héroïne j’ai été un peu triste qu’elle confirme les a-priori des hommes en constatant son infériorité physique… et quand elle dit qu’un autre dragonnier n’aurait surement pas aussi mal vécu les visions d’horreur qu’elle a vues.

Au début, jeune fille égoïste et irréfléchie, je ne l’aimais pas beaucoup. Mais à partir de sa rencontre avec les nains, l’auteure nous présente une jeune femme qui évolue et s’assagit, qui ne vit plus seulement pour elle-même mais aussi pour sa nouvelle famille. Plus loin dans l’histoire, on découvre son passé touchant et pourquoi elle est devenue ainsi et on s’en veut de ne pas l’avoir aimée tout de suite et de ne pas avoir cherché à creuser.

J’ai adoré que l’auteure nous fasse passer dans une autre partie de son univers. Ses descriptions sont toujours aussi magnifiques et nous donnent vraiment envie de chevaucher à dos de dragon. Les nains, qui m’ont beaucoup fait penser à ceux de Tolkien, sont des personnages gais, énergiques et durs comme du roc ! Comme l’héroïne, j’ai aimé vivre dans cette famille.

Dans ce tome, l’auteure nous décrit les affres de la guerre avec cruauté, comme la vit Nor’, mais aussi avec une forme d’innocence qui m’a permis de me laisser bercer. Les phrases sont belles et le rythme est tenu. Il s’agit bien d’un roman pour adultes qui parle de guerres, d’amour mais aussi de famille, de féminisme et d’ouverture d’esprit.

Dans ce tome, ce sont les nains qui ont tout mon amour avec une préférence pour Joliemain et Romarin qui sont comme une mère et une sœur pour Nor’ qui découvre peu à peu le bonheur de vivre dans une famille aimante. J’ai aussi beaucoup aimé Sky et sa détermination et son amour infaillible mais j’ai trouvé qu’à un certain moment ce personnage devenait détestable et j’ai eu du mal à m’en remettre aussi vite que l’héroïne.

Dans ce tome, nous retrouvons certains personnages du premier volet et c’est avec tristesse que nous nous mettons à moins les aimer. Un passage obligatoire, comme une crise d’adolescence qui nous obligerait à couper le cordon pour pleinement apprécier l’histoire qui se déroule… et ça fonctionne !

Ici, plus que dans le premier tome, l’héroïne souffre de l’exclusion et du machisme. Élevée dans un monde masculin, elle se jure de prouver sa valeur à tout prix. Et c’est justement ce qui va la perdre et la décider à faire un choix qu’elle regrettera.

Le résumé de La citadelle dans la montagne

Vingt ans se sont écoulés depuis la guerre. Les rangs des Dragonniers de Terra Draco se sont reconstitués. Comme jadis des centaines de dragons parcourent à nouveau le ciel afin d’assurer la Paix dans le Royaume. Nor’ est l’un d’eux, ou plutôt l’une d’entre eux. Une fille dans un monde de guerriers ? Comment peut-elle revendiquer sa place dans une société où le machisme est maître ? Vers où le destin les guidera-t-il, elle et son dragon ? Quel chemin pourra-t-elle prendre ? Soumission ou rébellion ?

Je tiens à remercier de tout cœur Isabelle Morot-Sir pour l’envoi de son livre. En me contactant elle m’a parfaitement ciblée ! Je sors de cette lecture triste de devoir abandonner ce fabuleux univers et cette très belle plume et j’espère de tout cœur qu’elle continuera de nous le faire explorer de nombreuses façons !

 

elit. vel, tempus venenatis, ipsum et,
%d blogueurs aiment cette page :