Chronique de « Le journal de Lorelei » par Catherine du blog Partage de lecture

L’histoire :

Un jour, Lorelei, petite parisienne de onze ans, rate sa station de métro. Jusqu’où l’imprévisibilité d’une situation aussi anodine va-t-elle l’entraîner ? Un événement aussi insignifiant peut-il bouleverser toute une vie ? C’est ce que Lorelei dévoilera peu à peu, au travers de confidences qu’elle dépose sur les pages de son journal.

La structure du récit :

Un peu particulière car nous suivons le récit à travers l’écriture du journal intime de Lorelei. Nous faisons des sauts de puces dans le temps, en restant plus ou moins longtemps selon le moment.

Le sujet du livre :

Quand une fillette se trompe de station de métro (Paris) ou comment un moment d’inattention va bousculer à 360° sa vie bien rangée. Au début, légèrement sceptique et questionnements pour le « soi-disant » chamboulement mais vite conquise et convaincue par la direction prise. J’adhère complètement et j’ai vite compris où voulais en venir Isabelle. Comme souvent dans ses romans, beaucoup d’animaux y squattent, notamment des chevaux. Ce qu’il me manque, un bouledogue anglais, voire une tripotée. 😇😋🙃

Les thèmes :

  • le rapport aux chevaux,

  • les voyages (France, Espagne, Nouvelle Calédonie),

  • les rapports à l’amour,

  • l’amitié,

  • le destin / le karma.

Les personnages principaux :

  • Lorelei : dernière et seule fille d’une fratrie de trois enfants. Nous débutons par la découvrir à onze ans, enfermée dans une vie trop confortable, trop restreinte, trop facile, trop morne, enfin bref, tourne en rond en se sentant petit oiseau prisonnier de sa cage. Ses parents sont cadres sup’ dans une société cotée en bourse, ne se préoccupant pas de leur progéniture et partent sans eux en vacances. Puis, nous la voyons grandir.

  • Miguel : il doit accueillir la jeune française de dix-sept ans dans un aéroport espagnol. En effet, elle séjournera en Espagne pendant son séjour estival de deux semaines. Ce sera muy caliente entre eux mais possède un côté (très) charmeur (un beau gosse avec des groupies) et macho.

l’inconnu : Un homme en uniforme rencontré aux onze ans de Lorelei et la marquera « au fer rouge ». Pourquoi ?! Comment ?! Ce mystérieux inconnu m’a poursuivi aussi lors de ma lecture car je fus curieuse d’en savoir plus sur lui.

Le décor :

Nous trottons entre la France (Paris et Toulouse), l’Espagne et la Nouvelle Calédonie. Une grande place est consacrée pour les chevaux (notamment dans les haciendas) et dans cette île lointaine mais laissant rêveur.se beaucoup de monde. Chaque endroit apporte son lot de mystère et de rebondissements. Pour la Nouvelle-Calédonie, j’avais des hallucinations auditives : j’entendais la mer me bercer et les chants traditionnels de cet endroit unique.

La tonalité et l’atmosphère :

J’adhère complètement à l’atmosphère douce et parfois rocambolesque dans ce roman. En effet, il arrive pas mal de choses à Lorelei qui m’ont bien fait rire et sourire. Pourtant, il n’est pas classé comme feel-good mais en littérature sentimentale. Pourquoi rocambolesque ?! Lisez ce roman et vous pourrez comprendre.

Le style :

L’auteure sait manier les figures de style et le lexique en lien avec le monde équestre. Nous pouvons sentir la passionnée des chevaux, pour le grand bonheur des lecteurs initiés ou non de ce monde si particulier. Pour le reste des thèmes abordés, l’écrivaine a su trouver les mots pour faire mouche et nous toucher en plein cœur. Nous ne pouvons que prendre Lorelei en affection, ainsi que l’inconnu. Pour Miguel, c’est un cas à part. Autant il peut être sympathique et bon vivant, autant il peut agacer par certains aspects de son caractère. Les personnages secondaires apportent du peps dans l’histoire et distribuent des sourires à la pelle.

Avis personnel :

Je ne suis pas sûre d’être objective car je suis sous la coupe de la plume d’Isabelle. En effet, dès le premier roman lu, je suis tombée en hypnose (comme Mowgli face à Kaa, Le livre de la jungle) face à ses écrits et je ne peux plus m’en passer. Elle m’a ensorcelée et m’ensorcelle toujours. Comment arrive t elle à me fasciner autant ?! Je ne sais pas et je ne le veux pas le savoir. Je souhaite rester sous la coupe de sa plume enchanteresse.

nunc amet, tempus id, leo. Sed dolor.
%d blogueurs aiment cette page :