Chronique de « El matador l’intégrale » par Catherine du blog Partage de lecture

Résumé :

Deux êtres que tout oppose, deux êtres que tout réunit : quel sera le chemin de vie de Lyne et de son cheval El Matador ? Où leurs décisions vont-elles les conduire ? Vers quelles rencontres ? Quels horizons ? Suivez les aventures de Lyne et El Matador, au travers des âges charnières de leurs vies, de quatre romans et d’une nouvelle.

Tome 1 :

Du jour au lendemain, à la suite du décès de sa mère dans un accident, la vie de Lyne toute jeune adolescente de douze ans, se trouve bouleversée de fond en comble. Elle quitte collège privé et vie luxueuse afin de retrouver un père qu’elle n’a plus vu depuis dix ans. Un père maréchal-ferrant, bourru et maladroit avec tous, sauf avec ses chevaux. Parviendra-t-elle à surmonter sa peine et s’adapter à sa nouvelle existence ? Heureusement les chevaux sont là et sa rencontre avec un être aussi solitaire et blessé qu’elle-même pourrait peut-être les sauver tous les deux.

Mes impressions :

Nous entrons dans cette histoire à l’intérieur d’un avion. Parmi les passagers présent, une adolescente de douze ans. Elle se désole de partir du Japon et ses mégalopoles pour rejoindre Clermont-Ferrand. Elle a envie de pleurer mais se retient car sa mère détestait qu’elle fasse ce genre de choses car elle se doit d’être toujours impeccable. Elle ne pourra plus rien lui dire et ce n’est pas le souvenir le plus positif qu’elle souhaite conserver d’elle.  Je parle d’Astrid (la mère) au passé car elle s’est tuée d’une façon stupide. Le collège privé, l’ambassade de France et la multinationale où travaillait sa mère ont résolu le « problème » en l’envoyant chez la seule personne qui peut assurer la garde et la tutelle : son père. En attendant ses bagages, elle se demande comment cela va se passer avec lui car ses parents se sont séparés alors qu’elle n’avait même pas deux ans. Son père l’appelle et ils sont un peu gauche l’un envers l’autre. Elle ressemble à sa mère mais à les même yeux que son père.

Elle, se demande quel est ce géant étrange, à la carrure de rugbyman et déguisé en bûcheron ?! Le choc frontal, elle qui est plus habituée aux cadres supérieurs, costumes cravates et avec des manières. Elle est un peu déstabilisée par ces retrouvailles étranges avec ce père vivant et aux antipodes de tout ce qu’elle a pu imaginer ou rêver.

Lui, Frédéric Cabrière, est maréchal-ferrant et heureux de retrouver sa fille mais un peu honteux  car au détriment d’Astrid. Mais bon, elle est morte à partir du moment où…..

Quand ils arrivent chez lui, un comité d’accueil fait de chevaux, poneys et un trio de chiens. Elles s’attend à ce que quelqu’un lui ouvre la portière mais son père ne l’entend pas de cette oreille. Le point important de ce tome est un cri horrible de monstre car il lance l’histoire. Quoi qu’il arrive, elle ne doit jamais aller voir d’où vient ce bruit, ordre de son père.

Les personnages secondaires ont leur importance comme Babou, une monitrice équestre et Fanny, une élève du collège à Clermont-Ferrand.

Ce tome 1 nous fait donc rentrer dans la vie de Lyne au pire moment de sa vie : la perte de sa mère, l’arrêt brutal de la vie qu’elle connaissait, la découverte d’un père et doit changer du tout au tout : de pays, de collège, de vie différente, ….. Il permet aussi de mettre en place l’histoire et les personnages.

J’ai aimé voir l’évolution de la jeune fille.

La lecture est intéressante, de par sa construction, les liens existants ou en cours de construction, ce qui la rend très fluide.

La fin n’est pas une fin, dans le sens où il y a trois tomes à suivre et laisse un léger suspens pour la suite, d’autant plus que Lyne est attachante et envie de connaître la suite de son évolution.

Pourquoi El Matador comme titre ? A voir par la suite.

 

 

Tome 2 : Le retour de la Bête.

Lyne vient d’avoir seize ans et tout semblerait parfait dans sa nouvelle vie en Auvergne, si un petit, mais néanmoins fort bruyant grain de sable ne venait en déstabiliser les rouages à présent bien huilés : une sœur ! L’arrivée de cette concurrente directe dans le cœur de son père risque de faire prendre d’étranges et inconsidérées décisions à la jeune fille, qui pourraient bien les entraîner, son fidèle El Matador et elle même, vers d’étranges et périlleuses aventures…

Mes impressions :

Quatre ans après la fin du tome 1.

Nous retrouvons Lyne en ballade avec El Matador et Hulk. Elle se sent bien avec eux et a du mal à rentrer chez elle, malgré qu’elle s’entende bien avec son père (à qui elle ressemble de par le caractère) et son amour pour les chevaux. Leurs vies se sont bien organisées dans des habitudes et un bon équilibre.

Puis, Marie, la terreur, est arrivée et Lyne est devenue irascible. Elle a du faire des concessions qu’elle n’a pas voulue et en veut à son père. Elle ne supporte pas cette intruse qui prend trop de place. Lors d’une soirée où son père et Babou partent en ville, Mathieu, l’apprenti de son père, arrive et comprend le problème de Lyne. Elle est pleine de mépris face à lui car depuis quand les apprentis maréchal-ferrant font aussi office de psychologue et de bas étage, qui plus est.

A force d’être à bout, elle va fuguer et va vivre quelque chose d’hors norme avec El Matador. J’en suis arrivée à me demander comment Lyne est arrivée à la vivre. C’est quelque chose qui dépasse l’entendement et paraît impossible pour les cartésiens. Mais cela reste unique et pittoresque. Comment cela va t il se terminer ? Va t elle s’en sortir ? Va t elle rentrer chez elle ? Jusqu’où va t elle aller ?

Le tome 2 a rempli ses promesses d’aventures, de sentiments contraires, d’amitiés fortes,…. Une évolution des personnages dans la continuité du tome 1 et toute en finesse. Un déroulement de l’histoire intéressant et qui m’a surprise (dans le bon sens) à un niveau du tome. Isabelle nous réserve bien des surprises. Que va donner le tome 3 et 4 ?! Je vais déjà partir en quête du 3 et je verrai bien.

 

 

Tome 3 : La Quête.

Lyne vient de terminer ses études, mais avant de se lancer dans le monde du travail, elle prend le temps d’une année sabbatique, apte à une réflexion dont elle semble avoir bien besoin. Sellant El Matador, elle part en sa compagnie arpenter des chemins qui l’emmèneront jusqu’au bout de l’horizon et peut-être plus loin encore.

Mes impressions :

Nous retrouvons Lyne souhaitant mûrir un peu. Pour cela, elle s’organise un voyage initiatique et auto-suffisant avec El Matador et Castor, un mulet. Elle a besoin de se retrouver seule pour savoir ce qu’elle veut exactement. Ils passeront par l’Italie, la Slovénie, la Hongrie et la Roumanie. Elles rencontrera des personnes bienveillantes (ou presque). Ils pensera à son passé (sa précocité scolaire, sa famille, ses amis, ses amours,…) pour faire un point et mieux appréhender son avenir. Babou se fait une idée des raisons du départ de la jeune femme mais ce ne sera pas forcément pour ça (ou totalement). Dans tout les cas, nous voyageons au gré du parcours choisi par Lyne. Elle fera des rencontres agréables, inédites, surprenantes, (parfois) inquiétantes et inattendues.  Elle fera des haltes plus ou moins courtes ou longues, soit chez l’habitant, soit en mode randonnée pure ou dans des centres équestres.

 

J’ai aimé lire les descriptions faites des paysages (impression d’y être), des haltes, des personnages principaux, secondaires ou furtifs.  Des moments intenses furent présents (pour les rencontres, notamment). J’ai aimé être en mode aventure dans la « verte » (ou nature si vous préférez). La fin est surprenante est détonante. Un personnage  dont j’ai adoré et appris à connaître est Lady X. Bon, El Matador, je t’entends hennir, ne fais pas ton jaloux, je t’adore aussi mais vous ne faites pas partie de la même catégorie. Il y a de la place pour tous les deux. Ouiiiiii, toi aussi, je t’adore Castor. Aaaahhhh, ces animaux !!!!

Ce tome 3 est plein de surprise et agréable à lire. Toujours dans la continuité des précédents tomes avec son lots de nouveautés pour faire avancer l’histoire.

 

Nouvelle : Un miracle pour Noël ?

Un Noël au Domaine Cabagnol réunissant Max, Lyne ainsi que leurs familles respectives : il n’en faut pas plus pour que drames et interrogations éclatent. Le miracle de Noël sera-t-il au rendez-vous ?

Mes impressions :

Quelle fut ma (bonne) surprise de voir cette nouvelle à la suite du tome 3. En effet, je m’attendais à lire le tome 4 directement. Je n’ai pas boudé cette nouvelle et ce fut un petit « entracte » entre l’avant-dernier et le dernier tome pour faire durer le plaisir.

Nous retrouvons donc Lyne et Mathieu dans une habitation avec Max, femme de Luc (un champion équestre) et Stephy, assistante de Luc. C’est le matin de Noël mais Max n’est pas dans son assiette. Luc n’est pas rentré de la nuit. Ethan (fils de Max et Luc) descend dans la salle et s’aperçoit que des cadeaux ont été ouverts. Lyne va pour réveiller Cassy mais la fillette n’est plus dans sa chambre. Et là, c’est le drame, le branle-bas de combat.

Que va t il se passer ?! Je vous laisse le découvrir.

 

 

Tome 4 : Milestone.

Lyne et sa meilleure amie Max, viennent de prendre conscience que la vie n’est pas un conte de fée ! Que faire ? Renoncer à ses rêves ? Ou tout envoyer promener : mari, maison et responsabilités ? Un choix très binaire auquel elles sont soudain confrontées, à moins que cela soit l’une des étapes les plus importantes de leur vie ? Où la réponse à cette question va-t-elle bien pouvoir les entraîner… Le pas d’El Matador sera-t-il encore une fois la solution ? Ou non ?

Mes impressions : 

Max et Lyne ont en marre de leurs maris qui ne s’occupent pas d’elle et ne passent à la maison qu’en coup de vent. Elles se lancent dans la préparation d’un voyage aux États-Unis avec, « dans leurs bagages », leur montures et amies ainsi que Cassandra. Une nouvelle aventure comme précédemment. A la différence que cette fois, Lyne ne sera pas seule avec El Matador et Castor. Ici, l’aventure se déroulera sur six mois et les filles espèrent :

  • que leurs fantômes (traduction : leurs maris) s’apercevront de leurs absences et s’en mordront les doigts,

  • que les bourreaux de travail se rendront compte que le travail ne fait pas tout dans la vie,

  • sortir de leurs routines limite désespérantes.

 

Fanny, l’amie d’enfance de Lyne, l’a soutient dans son projet pendant que les ombres (traduction : les maris, Mathieu et Luc) tombent des nues quand ils s’aperçoivent de l’absence (alléluia, ils s’en rendent compte) de leurs chères et tendres. Mathieu devient comme fou, fouille les affaires de Lyne et découvre « le pot aux roses ». Il « flippe à mort », contacte Luc et lui annonce qu’il souhaite partir à leur recherches. Il ne compte pas vraiment sur Luc pour venir avec lui (les trips de Luc sont les compétitions équestres et compagnie). Il y aura des situations cocasses le long de chaque périple (féminin comme masculin). Rejoignez les pour les découvrir, cela vaut le détour !!!!

 

 

Cette saga de quatre tomes montre l’évolution de Lyne à partir de la perte de sa mère très jeune et à une période où, à cette âge, une fillette a besoin d’un repère féminin, notamment maternel. La suite se porte sur son évolution à différents âges. A un moment donné, j’ai pensé à l’équithérapie et à l’inverse (je ne pas trouver le mot. Si vous l’avez, je suis preneuse).

Entrer dans ce monde équestre fut agréable et m’a fait sortir de ma zone de confort et ma « routine » littéraire.

Les chevaux sont bien représentés et ont leurs caractères propre qui m’ont fait sourire et rire. Pour celles et ceux qui pourraient « prendre peur »au fait que l’histoire a un lien avec ces animaux, ne fuyez pas car ce n’est pas pesant et abordé d’une manière non intrusive et séduisante.

Regardez mon cas : même si j’apprécie les chevaux, je ne suis pas spécialement fan des romans dont l’histoire tourne autour. Ici, la lecture fut fluide et des sujets différents sont abordés autour de l’équidé comme l’écoute, la communication, l’amitié, la famille,….

 

Il y a juste un léger bémol mais sans incidence pour moi : l’aspect chronologique. Comment ça, me direz vous (peut être) ?! C’est juste un petit détail que j’aurai souhaité avoir avoir comme « x semaine / mois / année plus tard » au début du tome 2, 3 et 4. certes, au début des tomes cités, au travers des phrases, nous voyons que du temps est passé entre chaque et cela m’a légèrement déstabilisée.

Vous pouvez penser que je « chipote » ou que je fais « ma chieuse ». Mais je préfère quand c’est plus clair.

Pour l’épilogue, je l’ai apprécié, même si je le voyais autrement.

 

Allez murmurer à l’oreille des chevaux et écouter ce qu’ils ont à hennir, vous ne serez pas déçu du voyage.

Sed elit. eget non sem, sit ut quis at porta. sed
%d blogueurs aiment cette page :