Critique de La Citadelle des Dragons

Du blog Rainbow Library

 

Je remercie l’auteure pour sa confiance renouvelée avec ce nouveau service presse.

 Souvenez vous, j’avais lu une dystopie : « La fleur de l’ombre », ici, il s’agit toujours de science fiction mais plus rayon fantasy. Et le sens de l’humour est toujours présent pour mon plus grand bonheur.

 Sur la couverture, nous avons un beau dragon avec son dragonnier, le reste du livre noir et rouge nous renvoie à La fleur de l’ombre.

 D’un coté j’aime bien que tout soit pareil, d’un autre vu la couverture du tome 2 j’hésite mais chut, vous en saurez plus tard ;).

 J’ai retrouvé avec plaisir la plume de l’auteure, toujours aussi additive, toujours autant envie de savoir la suite de l’histoire. Le « problème » de manque de chapitres m’a moins gênée cette fois (en même temps j’étais bloquée au lit sans enfants ;)).

 Nous rencontrons d’abord Mona qui vit « chez nous » une vie fade et insipide depuis la mort de son chéri, elle se blâme pour sa mort. Nous n’en apprendrons pas vraiment plus sur les circonstances mais ses amis et le dragon disent que ce n’est pas de sa faute donc … ;).

 Elle a un énorme cœur qui ne demandait qu’à rebattre sous sa carapace. Là, normalement, je me fendrais d’une blague du style  le feu va-t-il arriver à faire fondre la glace ? mais si vous avez vu les photos que j’ai partagées sur ma page fb, cela va tomber à l’eau du coup je vais m’abstenir ;).

 En arrivant, elle rencontre Avri’nis, un vieux mage très sympa et très zen qui va l’accompagner du mieux qu’il peut dans sa quête.

 Puis le couple phare (mes préférés), le capitaine Tard’va et son dragon noir au sens de l’humour dévastateur Morkeleb.

 Evidemment, ce ne sont pas les seuls, il y aura plus tard d’autres amis (dont Fléau qui porte bien son nom) ou ennemis et Mona devrait faire face à de nombreux choix pas toujours facile. Ses choix ayant de lourdes conséquences non seulement sur son avenir mais aussi sur celui de ses nouveaux amis et de leur peuple.

 Pour moi, la fin n’appelle pas forcément de suite, je ne suis pas restée sur ma faim avec pleins de questionnements bien au contraire, j’ai été émerveillée. Mais j’ai quand même hâte de lire la citadelle dans la montagne.

dictum non dolor. risus leo. massa eget odio ut
%d blogueurs aiment cette page :