Blog Si j’étais une histoire

Blog Si j’étais une histoire

Critique du T1 « de lettres en lettres » par Charlotte du blog Si j’étais une histoire

Ce roman est le premier d’une série, une duologie pour être plus précise.

Dans ce premier tome nous plongeons 105 ans en arrière, soit en 1912.

Nous accompagnons Louise, 18 ans, vivant dans un Paris qui change, qui se tourne vers la modernité et Mamet, sa grand-mère, vivant en Provence qui porte un regard bienveillant sur sa petite fille et lui prodigue des conseils très précieux.

Il s’agit d’un roman épistolaire.

1912 ça nous parait tellement loin, même mes arrières grand-parents étaient nés plus tard !

1912 c’est le début de l’automobile, le début des métros, le début d’une certaine modernité qui n’est pas acceptée par tout le monde, notamment la maman de Louise.

Nous entrons dans une époque où les moeurs sont encore très fermées, où la femme est vu comme un mineur incapable. La femme ne sert qu’à faire des enfants, les élever, et veiller sur son mari. Plus tôt elle est mariée, mieux s’est.

A cette époque les hommes dominent.

Les femmes ne peuvent pas étudier comme elles le voudraient, elles ne peuvent pas lire ce qu’elles veulent, elles ne sont point indépendantes.

Et nous avons cette charmante petite Louise qui se trouve entre ses envies et les quand dira-t-on.

Heureusement sa chère Mamet est là pour la conseiller, pour la guider. Mamet a du recul, Mamet est pour la modernité.

J’ai beaucoup aimé ce retour en arrière que nous offre les auteurs.

Je connaissais les conditions de la femme à cette époque pour l’avoir étudié en cours mais j’étais encore sidérée de voir le peu de liberté qu’elles avaient.

J’ai aimé vivre à cette époque le temps de ma lecture, découvrir certains aspects de l’histoire de France.

Ce que j’ai le moins aimé c’est la description de certains paysages, je ne suis pas très fan des descriptions en général mais ce n’est que mon avis et ça n’entache absolument pas le roman.

Je me suis beaucoup attachée à Louise, c’est une jeune femme forte et j’ai adoré sa détermination et son courage.

Mamet est une femme extraordinaire, on mérite tous d’avoir quelqu’un comme elle dans son entourage.

Enfin, à la fin du livre nous avons quelques pages accordées aux événements qui ont marqué la France.

Ce roman est donc un bon mélange de fiction et d’histoire et c’est très appréciable, je ne lis pas souvent des livres de ce genre.

Je suis très contente d’avoir lu ce livre et je le conseille.

A Bientôt !!

Blog Si j’étais une histoire

Blog de Voleuse de Rêve

Critique par Marie du blog Voleuse de rêve

Après avoir lu Le journal de Lorelei, j’ai eu le privilège de choisir un second livre parmi les œuvres d’Isabelle MOROT SIR et j’ai choisi de me plonger dans le passé avec ce livre qui nous parle de l’année 1912.

Régression des mentalités, des lois, des droits… Mais également technologiques, scientifiques etc.

Très intéressée par notre passé, l’Histoire de nos ancêtres plus ou moins lointains, j’ai adoré ce roman que j’ai trouvé très pédagogique. Rédigé sous forme de lettres que Louise et sa Mamet s’envoient, j’ai plongé directement au cœur de cette correspondance familiale d’avant guerre, avec un plaisir non dissimulé !

La transmission de Savoir à travers les mots, aussi bien de Mamet à Louise que de Elles à nous est merveilleusement créée. C’est très instructif du monde de l’époque d’il y a plus de 100 ans.

Les rappels de l’histoire sont très intéressants, l’histoire du Titanic, les ségrégations raciales, sociales…  Les progrès dans l’automobile, les chemins de fers, mais également les problèmes de la société d’antan avec les inégalités Hommes/Femmes très présentes et pesantes en ce temps là.

Mamet est tellement adorable dans chacun de ses courriers que j’avais vraiment très envie d’être la petite fille qui reçoit du courriers de sa grand-mère, pouvoir se confier à une grand-mère comme elle doit être un véritable plaisir car elle fait toujours tout pour aider et conseiller.

Louise est très mûre et elle qui se sent « prisonnière » de son époque m’a fait pensé à moi, elle semble très avant-gardiste, très ouverte d’esprit et qui aspire à vivre dans un monde ou l’égalité serait le maître mot. C’est une fille formidable, non reconnue comme telle à cause de l’époque dans laquelle elle vit. A notre époque, elle serait facilement nommé ministre ou Présidente des droits de la femme.

Pour ce qui est de la narration, j’adore la double narration et encore plus le fait que ce soit fait sous forme de lettres car je trouve que c’est beaucoup plus fort émotionnellement. La plume est vraiment agréable et le vocabulaire est toujours très bien choisi. Beaucoup d’émotions sortent de ces échanges entre Mamet et Louise.

Conclusion :

Je recommande ce livre aux amoureux d’Histoire, à ceux qui aiment les belles relations de familles, à ceux qui ne se sentent pas à l’aise dans notre génération, ce livre vous ouvrira les yeux sur la chance que nous avons de vivre à notre époque.

Un livre qui vous donnera le gout d’en apprendre d’avantage sur les années d’avant guerre. Un petit condensé d’amour intrafamilial. J’adore.

 

 

suscipit mi, odio venenatis nec consequat. id ut dolor id, quis accumsan