Blog la bibliothèque girly

Blog la bibliothèque girly

Critique de « la citadelle des dragons » par du blog girly

L’histoire :

Comment peut-on passer d’une vie fade de secrétaire dans un cabinet notarial parisien, à celle de gardienne d’un pouvoir mythique?

De surcroît au milieu de plaines immobiles, sous un soleil écrasant, dans une citadelle en guerre, parcourue par des dragons et leurs non moins terrifiants dragonniers…

C’est bien ce que risque de découvrir Mona à son cœur défendant, elle qui meurtrie par la vie ne souhaite plus dans son existence que l’amitié de sa plante carnivore…

Et si notre place n’était pas celle que l’on croit? Et si notre monde en cachait un autre? Et si notre destin était écrit?

Mona ne se doutait pas qu’une visite chez l’antiquaire pouvait transformer sa vie…

 

Mon avis :

Isabelle Morot-Sir fait des parties des auteures que j’ai eu la chance de découvrir grâce à Twitter. Je dis bien chance car là, franchement, quand j’ai vu le mot « dragon », je ne vous cache pas que le temps s’est arrêté. Je suis absolument fascinée par l’univers des dragons et je trouve cela dommage de ne pas trouver autant de romans sur les dragons que sur les vampires et autres créatures à poils.

La citadelle des dragons est le premier volet d’une duologie, dont je me réserve la suite pour un peu plus tard, afin de faire durer le plaisir. J’ai fini mon livre ce matin et je suis déjà en manque….

Dans ce premier volet, nous suivons les aventures de Mona, jeune parisienne dont la vie a tourné au cauchemar il y a maintenant 3 ans. Sa vie est vide, centrée autour d’une plante carnivore et de sa propre douceur, lancinante, présente comme un cancer.

Secrétaire dans une étude de notaire, elle est amenée, à la demande de son employeur, à se déplacer auprès d’un client pour lui faire signer des documents. Arrivée sur place, son attention est attirée par un collier splendide, que l’antiquaire s’empresse de lui offrir.

De retour chez elle, Mona se couche, oubliant le collier, qu’elle retrouvera tout de même à son réveil à son chevet. Le soir même, sans prévenir, Mona se retrouve aspirée dans un autre monde.

Sur place, elle fera la connaissance du Mage Avr’inis, qui n’est autre que l’antiquaire rencontré précédemment et qui lui apprendra sa véritable destinée dans ce monde, sauver le peuple d’une guerre sans précédent.

Sur place, Mona découvrira l’univers des dragons et de leurs dragonniers. Elle fera aussi la connaissance de leur chef à tous, l’inquiétant Tar’dva, accompagné de son dragon, Morkeleb.

Au début, quand j’ai débuté l’aventure de ce blog, je pensais que le plus difficile serait d’écrire sur mes déceptions, me demandant comment écrire si je n’ai pas aimé. Au final, je me rends compte que, dès fois, il est plus difficile d’écrire sur nos coups de cœur. J’ai tellement de choses à dire, sans spoiler, juste pour réussir à faire ressentir le bonheur que fut cette lecture.

Je m’estime néanmoins ravie car j’arrive à trouver des lectures coup de cœur très régulièrement et ce fut exactement le cas avec ce roman. Dès les premières pages, j’ai vite compris que je ne pourrai laisser ce roman sans connaître la fin. Il est hautement addictif et je le reconnais, je suis sous le charme.

Sous le charme de l’histoire, sous le charme des dragons et surtout, sous le charme du couple Mona/Tar’dva. Mona est une jeune femme adorable, que la vie a blessé et qui ne tient qu’avec la tristesse et la peine. Elle n’a plus de vie.

Tar’dva, quant à lui, est un dragonnier imprégné de sa conscience et de sa rigueur. Son lien avec Morkeleb, son dragon, est très puissant, mais aussi terriblement attachant. L’auteure a réussi à créer une fusion entre ces deux personnages qui n’est pas choquante et semble très réaliste.

Les échanges entre les 3 personnages principaux sont à mourir de rire. Ce que j’ai beaucoup aimé dans les personnages de Mona et de Tar’dva est leur côté « humain » et naturel.

Mona n’est pas une gravure de mode façon bombe sexuelle. Tar’dva a tout du anti héros, ni beau ni poli ni mannequin pour sous-vêtement à ses heures. Mais, à eux deux, ils dégagent un « je ne sais quoi » qui m’a attiré et m’a rendu dingue d’eux.

L’histoire en elle-même fut très bien pensée et l’auteure a distillé ce qu’il faut, au fil des pages, pour accrocher le lecteur et l’amener à en vouloir plus. La plume d’Isabelle Morot-Sir est très agréable à lire. Les chapitres s’alternent très bien, sans lourdeur, ni ennui. Tout est parfaitement homogène. On ressent un très grand talent d’écriture dans ce roman.

Enfin, je ne vous cache pas que j’ai été tout particulièrement charmée par la fin. Pour l’incorrigible romantique que je suis, qui aime les happy end, que dire de plus….. J’ai relu les 3 dernières pages un nombre incalculable de fois.

En conclusion, je dirai juste ceci : mille mercis Isabelle Morot-Sir pour ce roman qui a enchanté mon âme romantique, adepte d’épopées romanesques avec des dragons. Et pleins de combats surtout….

Marjorie

 

 

Blog Le Monde Enchanté de mes Lectures

Blog Le Monde Enchanté de mes Lectures

Critique de « La citadelle des dragons » par Alouqua du blog le monde enchanté de mes lectures

 

L’avis d’Alouqua
5 étoiles

Cette fois encore, je suis conquise par la plume d’Isabelle, une plume douée pour nous immerger entièrement dans son univers grâce au rythme qu’elle donne, mais également avec un vocabulaire riche et varié, ainsi qu’un décor dans lequel nous n’avons aucun mal à nous repérer.

Le fait que ce soit une héroïne et non un héros donne un impact différent à l’histoire, nous avons plus l’habitude de voir des hommes dans ce rôle de sauveur et de dragonnier, dans le style d’Eragon par exemple. Pourtant, Mona, qui de prime abord paraît assez renfermée sur elle-même et pasdu tout apte à encaisser, va révéler une force et un courage hors du commun. C’est vrai que j’ai pourtant eu quelques doutes sur son rôle en tant que femme, mais au final, je suis sous le charme.

De secrétaire d’avocat, elle va basculer dans un autre monde, un monde totalement différent de ce qu’elle connaît, un monde de dragons, un monde où elle devra prendre de nouveaux repères et s’imposer parmi les hommes. Bref, elle a tout à prouver, mais relèvera t-elle le défi ? Autant vous dire que ce n’est pas gagné, et pourtant …

N’oublions pas que l’humour a également sa place dans cette histoire, je peux vous dire que certaines répliques vont vous donner des crampes à l’estomac.

Cette parution d’Isabelle est bien différente de ce que j’ai déjà pu lire d’elle, je ne savais pas trop à quoi m’attendre du coup, mais comme dans tout les domaines, certaines personnes sont douées pour jongler avec les styles, et Isabelle n’y fait pas exception, elle confirme plutôt cette règle.

N’ayons pas peur des mots, pour moi, Isabelle n’a rien à envier aux auteurs de renommés mondiale, au contraire.

Si vous n’avez jamais tenté l’univers d’Isabelle, je vous conseille de vous lancer, il n’y a aucune hésitations à avoir, c’est effet garanti.

Blog de Jeanne Sélène

Blog de Jeanne Sélène

Critique par Jeanne Sélène

 

C’est le deuxième livre d’Isabelle Morot-Sir que je lis et encore une fois, j’ai beaucoup apprécié l’écriture. Je la trouve fluide avec un vocabulaire recherché, bref, très agréable à suivre.  

Côté monde, j’ai vraiment aimé toutes les petites touches d’hommage à La Ballade de Pern de Anne McCaffrey. D’autant plus qu’Isabelle Morot-Sir parvient malgré tout à créer un univers différent et bien personnel.  

L’histoire aussi est très sympathique, on est loin des récits de fantasy où les gros bras sont à l’honneur en trucidant à tout-va. Il s’agit pour notre héroïne, l’attachante Mona, de trouver une solution pour mettre fin à la guerre mais en citant Gandhi et Sun Tzu !  

J’ai aussi beaucoup aimé tous les éléments qui faisaient référence à la notion de deuil et d’acceptation. Les petits détails de l’histoire qui permettaient peu à peu aux personnages détruits psychologiquement de revenir à la vie, qu’il s’agisse d’humains (Mona) ou non (Fléau).

Je me suis beaucoup attachée aux personnages avec un petit faible pour Morkeleb (un dragon) et Fléau (un cheval de guerre).

 

La tournure du récit, bien qu’il y ait une fin, laisse la porte ouverte à une suite et j’en serais vraiment ravie !

Blog Rainbow Library

Blog Rainbow Library

Critique de La Citadelle des Dragons

Du blog Rainbow Library

 

Je remercie l’auteure pour sa confiance renouvelée avec ce nouveau service presse.

 Souvenez vous, j’avais lu une dystopie : « La fleur de l’ombre », ici, il s’agit toujours de science fiction mais plus rayon fantasy. Et le sens de l’humour est toujours présent pour mon plus grand bonheur.

 Sur la couverture, nous avons un beau dragon avec son dragonnier, le reste du livre noir et rouge nous renvoie à La fleur de l’ombre.

 D’un coté j’aime bien que tout soit pareil, d’un autre vu la couverture du tome 2 j’hésite mais chut, vous en saurez plus tard ;).

 J’ai retrouvé avec plaisir la plume de l’auteure, toujours aussi additive, toujours autant envie de savoir la suite de l’histoire. Le « problème » de manque de chapitres m’a moins gênée cette fois (en même temps j’étais bloquée au lit sans enfants ;)).

 Nous rencontrons d’abord Mona qui vit « chez nous » une vie fade et insipide depuis la mort de son chéri, elle se blâme pour sa mort. Nous n’en apprendrons pas vraiment plus sur les circonstances mais ses amis et le dragon disent que ce n’est pas de sa faute donc … ;).

 Elle a un énorme cœur qui ne demandait qu’à rebattre sous sa carapace. Là, normalement, je me fendrais d’une blague du style  le feu va-t-il arriver à faire fondre la glace ? mais si vous avez vu les photos que j’ai partagées sur ma page fb, cela va tomber à l’eau du coup je vais m’abstenir ;).

 En arrivant, elle rencontre Avri’nis, un vieux mage très sympa et très zen qui va l’accompagner du mieux qu’il peut dans sa quête.

 Puis le couple phare (mes préférés), le capitaine Tard’va et son dragon noir au sens de l’humour dévastateur Morkeleb.

 Evidemment, ce ne sont pas les seuls, il y aura plus tard d’autres amis (dont Fléau qui porte bien son nom) ou ennemis et Mona devrait faire face à de nombreux choix pas toujours facile. Ses choix ayant de lourdes conséquences non seulement sur son avenir mais aussi sur celui de ses nouveaux amis et de leur peuple.

 Pour moi, la fin n’appelle pas forcément de suite, je ne suis pas restée sur ma faim avec pleins de questionnements bien au contraire, j’ai été émerveillée. Mais j’ai quand même hâte de lire la citadelle dans la montagne.

Blog la bibliothèque girly

Blog la Librosphère

Critique de la Citadelle des Dragons

Par Noémie du blog de La Librosphère

Résumé : Mona vit à Paris et travaille dans une étude notariale. Lassée de son quotidien monotone, seule sa plante carnivore trouve encore grâce à ses yeux. Puis, sa vie bascule. Après une mystérieuse rencontre, la voici propulsée dans un autre monde : une citadelle en guerre peuplée de dragons. Elle devra alors choisir entre sa nouvelle vie et l’ancienne. 

 

Mon avis : Je remercie sincèrement Isabelle Morot-Sir pour la découverte de son roman et sa gentillesse. En complément de cette chronique, elle m’a accordé une interview juste ici que je vous invite à lire. La Citadelle des dragons est bien loin de mon style de lecture habituelle et pourtant, j’ai adoré ce roman. Il a la particularité de mêler la fantasy et la romance à un style d’écriture classique et ça donne un cocktail fracassant ! Mona est très attachante. D’apparence frêle et chétive, elle est pourtant pleine de forces et le fait de placer une femme au centre de l’histoire m’a beaucoup plu. Les animaux, imaginaires ou non, ainsi que la nature occupent également une place prépondérante. C’est peut-être un détail mais je trouve que ça donne un plus considérable à l’histoire, de la fraîcheur, une bouffée d’oxygène. En plus d’avoir une plume très pure et poétique, Isabelle Morot-Sir fait preuve de beaucoup d’humour et les remarques de certains personnages, comme Fléau et Morkeleb, m’ont fait rire plus d’une fois. Ce roman est une superbe découverte qui va sûrement me permettre de plonger dans d’autres univers littéraires que j’avais jusque là mis de côté, à tort. 

 

Prix :

 

Points positifs :

* L’importance accordée aux animaux et à la nature

* Le style d’écriture et la combinaison des genres

* Le personnage de Mona

 

Points négatifs :

* Quelques coquilles et répétitions

Blog de Fofie Lit

Blog de Fofie Lit

Critique « La Citadelle des Dragons »

Par Sophie du blog fofielit

  

Décidément… 

C’est le second roman d’Isabelle Morot-Sir que je lis et je suis sous le charme de sa plume ! 

 La Citadelle des dragons est un roman de science-fiction.

 Je ne m’attendais pas du tout à ça… 

L’histoire m’a complètement transportée.

 Au départ, le monde dans lequel évolue l’héroïne, notre Monde, m’a semblée terne et sombre… Puis tout bascule pour Mona, et là où elle atterrie m’a parue aveuglant de couleurs. J’ai adoré ce contraste entre les deux Mondes.

 Mona, elle a un passif dont nous n’avons que des brides mais qui suffisent à en faire un personnage fort et courageux. Sa découverte de ce nouveau Monde, de ces traditions, de ces habitants, etc. tout cela est déstabilisant mais, en même temps, on sent que l’héroïne s’y acclimate très vite. Elle comprend qu’elle est arrivée dans La Citadelle des dragons pour accomplir son destin : les sauver, les sauver tous…

 Sa rencontre avec Avr’inis est l’oeuvre du hasard. C’est un personnage que l’on lit peu au final,  mais qui a du poids sur la croisade que va devoir mener Mona.

 Et puis, il y a le duo Tar’dva et Morkeleb. Le dragonnier et son dragon. Ils sont mes deux « personnages chouchous » de ce roman ! Ils m’ont épatée de part le sérieux de leur position (Tar’dva est Capitaine, hein !) à leur façon d’être au quotidien et avec Mona. 

Morkeleb m’a fait rire autant que Tar’dva m’a fait pleurer à la fin ! 

 Encore une fois, la plume d’Isabelle Morot-Sir m’a de suite conquise, elle dose les mots, les descriptions, les dialogues,… Le tout avec brio.

Pis bon, la bonne nouvelle à tout ça est qu’il y a un second tome ! ?

luctus fringilla mattis sed venenatis, consectetur Nullam id ipsum ipsum