Blog de Mélanie Bouquine !  26/05/2018

Blog de Mélanie Bouquine ! 26/05/2018

Critique de la fleur de l’ombre par Mélanie Bouquine !

 

Mon avis : 

J’ai eu un réel coup de cœur pour cette histoire, je ne m’attendais pas à tout cela, que ce soit les rebondissements, ou encore la fin de ce livre. L’écriture de l’auteure elle est très fluide, et accrocheuse, ma seule envie était de continuer à lire encore et encore, jusqu’à la page 188. (Soit 3 heures de lectures, mais je vous avoue que je n’ai pas lâché le livre de l’après-midi).

Dans ce livre, nous découvrons Tamara, 16 ans, rêvant de devenir architecte. Mais un grand jour arriva, celui de son destin, ou le gouvernement apprendra à Tamara qu’elle deviendra Mère (poule pondeuse) de la Nation. 

Puis nous découvrons Liam, dix ans de plus que Tamara. Leur devoir ensemble ? Féconder un enfant à la génétique parfaite. 

J’ai adoré nos deux personnages principaux, Tamara par sa force de caractère, et Liam par sa maturité, et son envie de protéger.

Une véritable histoire va se créer entre nos deux personnages, malgré le fait qu’ils n’ont le droit de se voir que de fois, dans le but que Tamara tombe enceinte. A mon gout cette histoire est bien réalisé, rien ne va trop vite, ils prennent le temps de se découvrir, de lié quelque chose de fort. 

Dans ce livre il ‘y à aucune place pour des temps morts, il se passe toujours de nouvelles choses, que ce sois de l’action, des révelations. Et je pense que c’est pour cela que j’ai autant accroché à ce livre, je me suis laissé emporter dans un tourbillon d’émotions, dans un nouveau monde..

 

Conclusion :

Je vous recommande à tous cette lecture, qui à coup sur, vous plongera dans un autre monde.

Note : 5/5

Blog de Somewhere in my Books  02/04/2018

Blog de Somewhere in my Books 02/04/2018

Critique de la « Fleur de l’ombre » par Tissem du blog Somewhere in my Books

 

Un grand merci à l’auteure, Isabelle Morot-Sir de m’avoir proposé de lire un de ses romans ! Ce fût un réel plaisir de découvrir votre plume !

Tamara n’est encore qu’une adolescente ordinaire, pleine d’ambition, élève brillante, rêvant de devenir architecte; lorsque que sa vie va basculer dans le but de répondre aux lois monstrueuses de l’endroit où elle vit, appelé La Nation. La jeune fille alors âgée de 16 ans va devenir une Mère de la Patrie. Son rôle étant d’enfanter avec différents donneurs anonymes – sans qu’elle ait son mot à dire – afin de peupler, d’améliorer l’espèce humaine de son pays. Ces bébés qui naîtront de ces rapports non consentis par les deux sexes seront élevés loin de leurs géniteurs, sans les connaître.

La Nation utilise les femmes comme des objets de satisfaction dans une sorte d’usine de fécondation qui se nomme le Manoir. Tamara semble à jamais prise au piège, devant obéir au rôle et  aux exigences qu’on lui a assignés…

Comme vous l’aurez sans doute compris, ce roman est une dystopie. En lisant les premières pages, cela m’a tout de suite fait pensé au livre : La Servante Écarlate/The Handamaid’s Taleécrit par Margaret Atwood dans lequel, le rôle des femmes encore fertile n’est autre que celui d’esclaves sexuelles. Le fait qu’il y ait cette référence au roman, m’a vraiment plu. Toutefois, la suite est totalement différente…

En poursuivant la lecture, on se rend compte, qu’il y’a tout de même quelque chose de plus tendre qui est apporté avec la romance entre Tamara et le Sergent Liam Mawr. Je ne pensais pas que cela allait se passer aussi rapidement mais c’était un coup de foudre, et on ne peut donc pas contrôler les sentiments. J’ai beaucoup aimé cette relation que j’ai trouvé très spontanée, naturelle sans mièvreries qui peuvent quelques fois me lasser concernant d’autres romances que j’ai pu lire. Au vu de la situation qu’ils n’ont pas choisi – c’est à direMère de la Patrie et Donneur – leur détermination à s’en sortir était vraiment remarquable. Coûte que coûte essayer de ne pas se laisser aller à la a tristesse, ne pas se décourager, essayer de veiller l’un sur l’autre, rire encore et toujours, rester positive en pensant qu’un futur meilleur les attends.

Liam est décrit comme un homme ayant une carrure imposante et déjà mature; plus âgé par rapport à Tamara. Mais j’ai réellement appréciée que cette dernière soit un personnage féminin aussi fort psychologiquement. L’adolescente semblait déjà être dotée d’un caractère bien trempé et même si au fil de l’histoire son existence, l’état dans lequel elle était, devenait de plus en plus difficile, elle n’en restait pas moins vaillante.

La première partie du livre était très mystérieuse, laissant l’intrigue se mettre en place assez rapidement. Les indications, les données que nous donne l’auteure sur le fonctionnement, la surveillance de la Nation envers le peuple féminin sont vraiment horribles. On peine à imaginer ce mode de vie, qui nous refroidit.

Quant à la deuxième partie, on rentre plus dans l’action, les péripéties s’enchaînent et nous mènent au cœur des révélations.

En outre, le style d’écriture était très agréable ! Il y a un vocabulaire recherché et en même temps simple, fluide et accessible. J’ai beaucoup aimé la manière dont l’auteure décrivait les paysages que Tamara et Liam rencontraient lors de leur périple dans la nature. J’arrivais facilement à avoir en tête les jolies images des différentes vues que la nature pouvait leurs offrir.

Finalement, c’est une lecture qui personnellement m’a fait penser, réfléchir à ce que représente le mot liberté, le définition des droits et la signification des lois qui peuvent être bafouées. L’amour, l’amitié – que l’on soit du même sang ou pas – sont importants et implacables dans certains cas. La réunion de ces deux sentiments peuvent faire définitivement déplacer des montagnes…

Citation du livre :

« Elle se jeta dans ses bras, l’embrassa. Tout était si simple. Il la serra contre lui, étonné comme toujours par la vague de bonheur qui le submergeait lorsqu’il la tenait ainsi contre lui. Jamais il n’avait éprouvé rien de tel. »

Si vous n’avez pas encore découvert l’univers littéraire d’Isabelle Morot-Sir, je vous conseille vivement de vous rendre sur son site afin de découvrir l’ensemble de sa bibliographie ! Et sans oublier ses très jolis poèmes !

Blog de Jeanne Sélène  25/10/2017

Blog de Jeanne Sélène 25/10/2017

Critique de « La fleur de l’ombre » par Jeanne du blog de Jeanne Sélène

 

Mon avis :
Si vous me suivez régulièrement, vous savez que je connais déjà Isabelle Morot-Sir. J’ai déjà lu plusieurs romans de cette autrice : La citadelle des dragons (fantasy) et les deux premiers tomes d’El Matador (1) (Le retour de la bête est par ici) en jeunesse.
J’aime vraiment beaucoup des récits d’Isabelle. La seule chose que je regrette, c’est que cette autrice detalent passe par Publibook dont le travail éditorial est assez douteux à mon sens (« Votre livre sans faute(s) à un prix abordable », dit leur site, je vous assure que c’est loin d’être le cas malheureusement…).
Bref, en dehors de cet aspect technique, quel plaisir de retrouver la plume classique, fluide et riche en vocabulaire d’Isabelle Morot-Sir !
Côté histoire, j’ai absolument adoré ce livre. Isabelle campe une uchronie bien pensée et glaçante. Ladystopie est terriblement réaliste. On découvre tout d’abord la Nation, un pays à la culture eugénique bien huilée… Alors voici les méchants sûrement et les « gentils » seront de l’autre côté de la frontière ? Mais l’autrice va plus loin et elle nous entraîne dans un monde loin du manichéisme souvent trop présent en littérature.
Petit plus, l’histoire d’amour est pleine de fraîcheur et de douceur.
Bon, je crois que vous avez compris, j’ai vraiment eu un coup de cœur pour ce petit roman que j’ai dévoré dans la nuit (mes cernes ne te remercient pas Isabelle, d’ailleurs !). Je ne peux que vous le conseiller. Les fans de romances seront comblés et ceux qui aiment les univers dystopiques cohérents, ravis !

Blog de Fofielit  26/08/2017

Blog de Fofielit 26/08/2017

Critique de la Fleur de l’ombre

Par Sophie du Blog Fofielit

 La Fleur de l’ombre est un roman dystopique d’Isabelle Morot-Sir. 

J’ai été conquise dès les premières lignes… 

 Dans La Fleur de l’ombre, l’écriture d’Isabelle Morot-Sir est tout autre que dans les trois précédents romans que j’ai lu…  Les descriptions sont brèves, on ressent une vraie tension lors de la lecture qui se veut rapide ! 

 Les personnages montrent que les apparences ne sont rien.

 Tamara est une jeunette de seize ans, très intelligente. Elle rêve de grande chose, elle a de l’ambition… Mais un jour tout bascule et la voilà devenue Mère de la Patrie ! Ce n’était pas du tout ce à quoi elle s’attendait et ce n’est pas du tout ce qu’elle veut ! Tamara est un personnage très fort et courageux, elle est épatante, elle ne se résigne pas, elle croît en elle, en l’avenir et en Liam…

 Liam… Il est tout sauf ce qu’il parait, lui ! 

C’est un personnage qui prend soin des siens, il le fait par choix mais surtout par amour. Il est téméraire, réfléchi, et puis pour ne rien gâcher : carrément mignon… 

 Marius, Jules et Rocco m’ont bien plu ! Même si on les lit peu, ils sont là pour aider et protéger Tamara ; alors que je m’attendais à du « chaotique » quand elle était sur le point de les rencontrer… 

Lisa et ses parents sont touchants, empli d’amour et de bons sentiments.

 Dans La Fleur de l’ombre, on découvre l’action au fur et à mesure que Tamara la vit. C’est une dystopie qui fait réfléchir sur ce qui nous entoure, sur ce qu’il se passe dans certains pays, sur l’autre, sur soi… 

Cette dystopie est à la croisée de La Servant écarlate de Margaret Atwood et d’Hunger Gamesde Suzanne Collins ! ?

 La Fleur de l’ombre m’a bien plu ! 

Isabelle Morot-Sir aurait rajouté 183 pages de plus que ça ne m’aurait pas gênée du tout : tellement l’action est rondement menée et que Tamara et Liam sont des bons compagnons d’aventures ! 

Blog de Space Bubble  25/08/2017

Blog de Space Bubble 25/08/2017

Critique de « La fleur de l’ombre » par Space Bubble 

On se retrouve pour une romance que j’ai a-d-o-r-é ! « La fleur de l’ombre » de Isabelle Morot-Sir. Je remercie l’auteur pour m’avoir proposé ce service presse sur Simplement. J’ai été subjugué par cette histoire. Je vous en dis plus juste ici !

Ce livre contient 183 pages. Il peut plaire à des ados à partir de 15 ans je pense. C’est une romance young adult que j’avais tellement hâte de vous présenter ! Ce livre est un coup de cœur pour moi ! Il se lit vite tellement on est happée par l’histoire.

Tout d’abord, je voulais vous parler du contexte, que je trouve vraiment très élaboré et vraiment passionnant. Le pays où est né Tamara est d’une simplicité et d’une cruauté flagrante. Ce pays a simplifié les choix de vies possibles en faisait de chaque individu un objet de recherche. Les humains ne sont que des sujets que le gouvernement souhaite manipuler pour garder un pays soit-disant « prospère ». Un univers extrapolé et qui s’oppose au pays voisin : le Mooraland. Un pays qui ressemble plus à ce que l’on connait aujourd’hui mais qui revêt un caractère sévère. Ces deux pays sont comme une critique de ce qui pourrait arriver sans être trop prononcé pour autant.

Le roman se « sépare » en deux parties : la vie comme Mère de la Patrie pour Tamara, puis ses difficultés rencontrées au Mooraland : la vie en prison. J’ai été scotchée par autant de détails, autant de petites choses qui font que je me suis laissée happer par la beauté d’un monde cruel. C’est grâce à cela que ma partie préférée du livre est le moment où elle se retrouve en prison. Je ne veux pas spoiler le livre mais il faut savoir que la beauté, la bienveillance et l’amour peuvent se trouver dans les lieux les plus durs et cruels.

Le personnage de Tamara est fort, intelligent et qu’est-ce que son caractère intense me plait. J’aime quand l’héroïne n’est pas toute molle, ou naïve et aveuglée. Tamara est sure d’elle et elle peut se transformer en vraie machine de guerre si elle le veut. Rien qu’avec des mots et sa force de caractère, elle m’épate. Elle a la sagesse d’une adulte et elle n’a que 16 ans. La vie n’est pas rose pour elle qui n’a jamais aspirer qu’à être architecte.

En somme, ce roman est une pure merveille. De l’action, de l’amour, de l’amitié surtout. Une beauté et un coup de cœur pour moi, je ne peux que le conseiller. Les émotions sont dépeintes avec tant de passion et de travail. C’est ce que j’ai trouvé le plus épatant au niveau de l’écriture. Les sentiments et émotions vivent à travers le lecteurs. En tout cas à travers moi, car elles m’ont transpercées. J’ai été subjuguée par ce roman.

Voilà voilà ! J’espère vraiment que je vous ai donné envie de lire ce livre ! Il mérite un immense succès ! 

 

id leo. suscipit neque. pulvinar mattis commodo libero eget commodo