Blog de Voleuse de rêve

Blog de Voleuse de rêve

Critique de « Sans relâche » par Marie du blog Voleuse de rêve 

 

Mon avis :

J’ai dévoré ce livre, sincèrement, j’ai passé un super moment de lecture. Les personnages sont super attachants, j’ai beaucoup apprécié Eléora qui est à la fois courageuse, pleine de bons sentiments et tellement douce qu’on ne peut que s’attacher à elle. Sa personnalité donne instinctivement envie d’être à ses côtés, être son amie et la soutenir dans ses choix.

A ma grande surprise et pour mon plus grand bonheur, j’ai pu découvrir que le personnage d’Eléora était le genre de personnage qui allait immédiatement trouver son public parmi les lecteurs car on peut facilement s’identifier à elle.
Tout d’abord, elle est blogueuse littéraire, elle passe son temps à lire et recevoir des romans par des partenaires. Ensuite, elle a pour auteur favori Emile Zola ! Comment ne pas s’identifier à elle ?!

Clint est un peu plus mystérieux mais tellement sympathique et gentil avec Eléora. C’est le genre de personne vraiment dévouée et bienveillante que l’on aimerait avoir dans sa vie.

L’histoire d’Eléora et Clint est vraiment belle est pleine de courage. Ils ont tous les deux vécu quelque chose et leur rencontre, bien que virtuelle, ne retire en rien le lien très fort qui les unis l’un par l’autre et de plus en plus fort au fil de l’histoire.

Je suis passé de l’angoisse au plaisir partagé, j’ai ressenti un flot d’émotionsdiverses et variés orchestré uniquement par la plume d’Isabelle.

Le réalisme de l’histoire m’a autant plu que brisé le cœur car chacun des personnages de l’histoire, qu’ils soient principal ou secondaire, m’a vraiment touché.

Sans vouloir en faire une morale, le titre du livre, autant que l’histoire elle-même, montre à quel point il faut avancer un pied devant l’autre et ne pas abandonner ce que l’on entreprend.

La plume d’Isabelle est douce, fluide et comme toujours, pleine de détails et j’adore ça ! Que ce soit visuels, auditifs, olfactifs… tout ce que les personnages voient ou ressentent. J’aime avoir ce genre de détails pour pouvoir m’immerger totalement dans le livre. C’est un vrai bonheur !

Et pour couronner le tout, on retrouve un grand nombre de références de l’univers bien connu de Tolkien, Le Seigneur des Anneaux ! C’est un combo gagnant pour moi, je suis sous le charme ! (Attention, il n’est évidemment pas obligatoire d’avoir lu ou vu le Seigneur des Anneaux ! Les références faites ne requièrent aucune connaissance en la matière.)

J’ai eu un vrai coup de cœur pour ce livre, ces personnages et cette belle histoire qui fait sincèrement passer un excellent moment de lecture.

Je ne peux que vous recommander cette romance si vous avez envie de passer un bon moment avec des personnages super attachants !

Blog de Le petit monde livresque de Saramimie

Blog de Le petit monde livresque de Saramimie

Critique de « Sans relâche » par Sarah du petit monde livresque de Saramimie

 

Ce que j’en pense :

Dans le premier chapitre nous découvrons une jeune femme dont on ignore absolument tout mais qui a l’air d’apprécier la solitude. Et puis lorsqu’arrive cet hydravion et qu’en découvrant le pilote, elle est bouleversée. On a qu’une envie, découvrir qui est cette jeune femme, qui est le pilote et pourquoi est-elle troublée en le voyant. 

J’ai tellement été captivée par cette scène que je ne voulais qu’une chose, lire, pour en savoir le plus possible. Et plus les pages défilaient, plus j’en apprenais sur les personnages et plus je voulais arriver à la fin du livre pour comprendre cette scène initiale. 

Et je n’ai pas été déçue, bien au contraire. Je ne m’attendais pas du tout à une fin pareille, pour être honnête j’avais imaginé un tout autre scénario, mais l’auteur m’a surpris et j’ai beaucoup aimé.

Les personnages principaux sont Eléora et Clint. Ce sont des personnages forts et fragiles à la fois. Ils sont réels, j’entends par là qu’ils ne sont pas parfaits, ils sont comme tout le monde et c’est ce qui fait que l’on peut très facilement s’identifier à eux.

Eléora est étudiante, c’est une passionnée de lecture, elle a d’ailleurs un blog littéraire dans lequel elle partage ses découvertes livresques. À travers les réseaux sociaux, elle va faire la connaissance de ce jeune homme, Clint. Un militaire américain, qui au premier abord semble froid, intriguant. Mais qui s’avère être un jeune homme attentionné et très compréhensif.

Petit à petit ils vont apprendre à se connaître. Et même si leurs mondes ont l’air complètement opposés, même s’ils semblent différents l’un de l’autre, ils vont se compléter.

C’est une histoire d’amour sincère avec un juste équilibre de tendresse et de drame que j’ai vraiment apprécié. Je me suis très vite attachée aux personnages, à tous sauf aux parents d’Eléora et surtout à sa mère que j’ai détesté, je l’ai trouvé insupportable.

J’ai découvert la plume d’Isabelle Morot-Sir en début d’année, et j’avoue qu’à chaque nouvelle lecture je suis de plus en plus conquise. J’aime sa façon de décrire en général. Les paysages sont tellement bien détaillés que l’on a l’impression d’y être, et à travers ses descriptions elle nous transmet son amour pour la nature, pour les animaux et c’est un détail que j’apprécie énormément. Autre particularité qui me plaît dans ses romans, ses personnages féminins. Ce sont des femmes avec une forte personnalité et elles ont toujours des prénoms très originaux.

Après une panne de lecture qui aura duré deux semaines, ce roman était exactement ce dont j’avais besoin. Et je tenais à remercier l’auteure pour m’avoir fais découvrir son roman en avant-première (date de sortie le 14 juin). Merci beaucoup pour sa confiance.

Je vous souhaite de belles lectures et vous dis à très bientôt.

Sarah

Blog de A.BOOK.AND.A.CUP.OF.TEA

Blog de A.BOOK.AND.A.CUP.OF.TEA

Critique de Sans relâche par Ghita du blog A.BOOK.AND.A.CUP.OF.TEA

 

Citation favorite (1): « Elle préférait lécher ses blessures dans le fond de sa tanière, telle une louve malade. » 

 

Citation favorite (2): « Elle plongeait dans de nouvelles lectures comme d’autres glissent vers des paradis artificiels, car oui les livres étaient sa drogue. Grâce à eux elle vivait mille vies, n’empêchant pour un temps de penser à la sienne, et c’était mieux ainsi. » 

 

 

J’ai été très heureuse quand l’autrice Isabelle Morot-Sir m’a proposé de lire son livre qui sera publié très prochainement (14 Juin 2018). 

Sans relâche a attiré mon attention car les prénoms des personnages principaux ne sont pas cités. En effet, dans le résumé ainsi que le prologue, les protagonistes ne sont désignés que par les pronoms « elle » et « lui ». De plus, nous retrouvons divers questions qui accentuent le mystère qui plane autour du roman. Etant une lectrice curieuse; j’avais envie de mettre un nom et un visage sur ces personnages et découvrir leur histoire.

Eléora est une jeune étudiante en littérature française. Elle est passionnée de lecture et partage des revues sur les derniers livres qu’elle a dévorés sur son blog. Son auteur favori est Emile Zola et elle écoute du Powerwolf! Dès que j’ai découvert ces quelques informations sur l’héroïne, je me suis très rapidement attachée à elle, car jusqu’à présent, je n’ai jamais rencontré un personnage avec qui je partage tellement de points communs!

Un jour, Eléora reçoit un message sur Twitter d’un individu dont la photo de profil l’a fortement intriguée, car elle est habituée à voir des profils d’auteurs, de maisons d’éditions et d’autres bibliophiles. La jeune fille découvre ensuite que ce mystérieux individu s’appelle Clint, qu’il est américain et qu’il travaille dans l’armée. Au début, les deux nouveaux amis vont se parler afin de faire connaissances. Puis, leurs échanges seront de plus en plus fréquents et leur discussion deviendra essentielle, presque vitale dans leur quotidien. Malgré la distance, les deux protagonistes vont s’attacher l’un à l’autre et une histoire d’amour unique va naître entre eux. Cela montre le pouvoir que possèdent les réseaux sociaux. Ces derniers nous permettent de rencontrer des individus avec qui nous partageons les mêmes passions, et auxquels nous nous attachons plus facilement qu’à d’autres personnes que nous côtoyons tous les jours dans la vraie vie.

A un certain moment, Eléora prendra un livre au hasard de sa pile à lire et l’entamera sans jeter un coup d’oeil, ni au titre, ni au résumé. C’est là que j’ai remarqué que la lecture pour Eléora est devenue un moyen qui l’aide à s’enfermer sur elle-même et à oublier ses malheurs. Sa passion ne lui permet plus de s’évader et ne lui procure plus aucun plaisir. Elle lit et écrit ses chroniques de façon systématique, tel un ouvrier qui répète le même geste sans en être conscient. Cela m’attriste toujours de voir des personnes changer de façon négative, s’enfermer telle une huître et utiliser leurs activités favorites d’une mauvaise manière. Peut-être que ces personnes-là savent que leurs passions sont une zone de confort qui agira tel un calmant qui leur fera oublier leur malheur. C’est pour cela qu’elles se plongent dans la lecture, le sport ou la danse, car elles savent que personne ne leur posera de questions, e elles n’ont pas besoin de chercher des réponses. Elles veulent juste oublier le plus rapidement possible.
Le seul élément qui m’a gêné dans cette histoire est la déclaration d’amour que j’ai trouvée trop hâtive et peu réaliste à mon goût. Peut-être que l’autrice a voulu que cet événement se déroule de cette manière, car elle sait que l’amour fait perdre la raison, et cette déclaration a été faite dans un moment de folie.
A part cela, il y a divers autres éléments que j’ai beaucoup appréciés et que je souhaite partager avec vous. Tout d’abord, les descriptions de la forêt et de la montagne, que nous retrouvons dès la première ligne, montrent que l’autrice est très proche de la nature et elle a su faciliter l’imagination de ce milieu dans l’esprit du lecteur: « un écureuil au pelage argenté se figea, les joues gonflées des pignons qu’il récoltait sur le vénérables sapin jouxtant l’habitation ». Isabelle Morot-Sir a un compte Instagram dans lequel elle parle de ses livres, ainsi que d’autres sujets en relation avec le monde de la littérature. Les photos qu’elle partage sur le réseau social sont très jolies car elles ont un côté automnale et rustique qui rappelle la nature et la campagne. Et de temps en temps, l’autrice intègre également dans ses photos ses différents animaux de compagnie.

 

Ensuite, l’autrice a fait en sorte que le lecteur découvre une vérité bouleversante en même temps que Clint. J’ai trouvé ce choix très pertinent, car le moment inattendu est partagé par deux personnes, dont l’une est fictive. L’effet de surprise est accentué quand Isabelle Morot-Sir décrit la réaction de Clint car je ressentais les mêmes émotions que lui.

J’ai arrêté de lire des romances, car elles m’ennuyaient. La lecture n’était plus un moment de détente pour moi: les personnages étaient trop parfaits, le même type de scénario se répétait à chaque fois, l’histoire d’amour sortait de l’ordinaire et ne s’accordait pas à mon idée et ma conception de l’amour. Et j’avais peur d’entamer Sans relâche, car je ne voulais pas que ce soit une romance qui me décevra. Mais j’ai été très surprise, car mes réactions étaient différentes de celles que j’ai d’habitude. Le couple dont il est question est « imparfait ». Chacun des deux personnages a perdu un être qui lui est cher et porte de lourdes cicatrices qui sont physiques et mentales. Ces cicatrices-là sont devenues un fardeau, voire même un handicap. L’élément que j’ai le plus adoré et qui m’a vraiment fait aimer le livre, est que l’autrice ne s’est pas trop attardé sur les descriptions physiques, ce qui n’est pas le cas dans d’autres romances où les protagonistes sont présentés de façon détaillée. Dans Sans relâche, l’autrice a préféré donner quelques indications afin de laisser plus de liberté au lecteur qui pourra imaginer les personnages comme il le souhaite, et surtout, pour montrer qu’il n’y a pas que le physique qui compte.

Le titre du roman est une hymne à l’espoir et au combat. Il faut avoir beaucoup de courage pour s’accepter et être capable de fermer ses propres plaies, les coudre soi-même et en prendre soin malgrè la douleur intense qui persiste et prend du temps à s’estomper. Nos deux personnages, Eléora et Clint, sont un exemple que le monde doit connaître. Malgré leurs blessures qui sont très profondes, ils ont appris à s’aimer eux-même, à aimer l’autre et surtout à accepter de dévoiler leurs défauts et imperfections et comprendre que l’autre personne peut les aimer et les accepter tels qu’ils sont.

 

Blog de A.BOOK.AND.A.CUP.OF.TEA

Blog de Fofie_Lit

Critique de « Sans relâche » par Sophie du blog Fofie Lit

 

J’ai lu quasi tous les romans de l’auteure (et ceux que je n’ai pas lu, sont dans ma PAL…) ! Alors forcément, lorsqu’Isabelle Morot-Sir m’a proposée de lire « Sans relâche » : j’ai dit « oui ». ?

 

J’ai lu ce roman en peu de temps, il m’a captivée du début à la fin !

 

Eléora est l’héroïne de ce roman. Elle a la vingtaine, elle est plutôt du genre solitaire, grande lectrice, blogueuse… Ça m’a parlée, à moi, p’tite blogueuse du dimanche, qui a toujours un bouquin à la main ! lol 

J’ai aimé son franc-parlé, son histoire, sa relation houleuse avec sa mère, etc. Elle n’est pas une jolie héroïne toute lisse, elle est cabossée et elle vit avec !

J’ai beaucoup aimé le personnage masculin du roman (je vous laisse le découvrir vous-même !!!).

 

« Sans relâche » est une jolie romance. 

 

 

Isabelle Morot-Sir sait tenir son lecteur en haleine, et ce dès la première ligne du roman ! Elle jongle avec le suspens, les émotions,… avec brio. Mon p’tit cœur a fait le yo-yo plus d’une fois ! ! 

 

 

mi, consequat. elit. id amet, leo elementum venenatis quis, neque. in nunc