Blog de Authente

Blog de Authente

Critique de « La Citadelle dans la Montagne » par Angélique du blog Authente

 

Bonjour les amis! Aujourd’hui j’ai le plaisir de vous parler de ma dernière lecture : « La citadelle dans la montagne ». C’est un livre écrit par Isabelle Morot-Sir, une auteure indé avec plus d’une douzaines d’ouvrages à son actif. Il se trouve que j’avais envie de connaitre ses écrits et j’ai eu la chance d’en gagner un, lors d’un concours^^ Ça tombait super bien, non? C’est donc avec joie que j’ai reçu mon petit colis, et que j’ai commencé ma lecture. Voici aujourd’hui, pour vous,  ma petite chronique…

Ce que j’en ai pensé :

La citadelle dans la montagne est un roman fantasy, de 247 pages, qui raconte, comme vous le lisez dans le résumé, l’histoire de Nor’, une jeune femme devenue dragonnière, par destin. Nor’ est un personnage intéressant, qui vit deux vies dans ce roman. Sa vie à Terra Draco, et celle chez les nains. Elle est une guerrière, qui a dissimulé toute sa vie qui elle est vraiment, par rigueur, par obligation aussi. Au royaume des nains, elle découvre qu’une autre voix est possible, une autre façon de vivre et d’accomplir sa destinée. Je vous laisse lire le livre pour savoir comment Nor’ découvre tout ça…

Les dragons sont omniprésents dans le roman. Ils sont attachants, j’aime beaucoup Vâlvataie, le dragon de Nor’, et Lyra, la dragonne de Sky. J’ai également beaucoup aimé la relation profonde, magique, qui uni les dragonniers à leur dragon. Ils ne font pas de figuration, et ne sont pas que des montures ou des lance-flammes^^

Isabelle Morot-Sir nous transporte dans deux mondes radicalement différents, opposés. Personnellement, j’ai préféré de loin le royaume des nains^^ Terra Draco est trop austère pour moi, le mode de vie en tout cas. On peut comprendre pourquoi Nor’ se retrouve tiraillée. Je me suis sentie bien chez les nains, qui correspondent au profil classique du nain dans la fantasy, moi j’aime bien^^

Si vous voulez passer un bon moment, au milieu des dragons, des nains et des guerriers, suivre les aventures d’une héroïne avec du caractère et une véritable évolution, je vous conseille de lire La citadelle dans la montagne. Isabelle nous montre le parcours d’une jeune femme qui finira par trouver sa voix et devenir une femme accomplie, la question est; comment. 

 

Blog la rubrique d’Olivia

Blog la rubrique d’Olivia

 Critique de « La Citadelle dans la Montagne » par Stéphanie du blog la rubrique d’Olivia

 

Mon Avis :

En premier, la couverture m’a charmée, j’ai tout de suite été attirée par cette histoire.

Le roman débute par la présentation de la forteresse construite grâce à la surveillance des derniers dragons. On rentre tout de suite dans l’univers fantasy de Terra Draco peuplé de dragons, l’immersion est rapide. Les dragons sont les protecteurs invincibles du monde des hommes grâce auxquels la paix est installée depuis une vingtaine d’années. Le capitaine Tar’dva est le chef de tous les guerriers du royaume, il est attaché au dragon noir Morkeleb. 

Nor’, la fille de Tar’dva, est archer, son dragon rouge s’appelle Vâlvãtaie. Plutôt garçon manqué, au fort caractère, elle veut briller et être reconnue comme éclaireur mais son père s’y oppose, il refuse de la nommer la trouvant pas assez mature. Sa mère est la Gardienne du Crystal, elle sauva le monde par le passé.

Une particularité lie les dragonniers et leurs dragons, ils peuvent communiquer par télépathie, ainsi ils sont proches les uns des autres, en plus d’être de véritables amis.

Le dragonnier Sky, un grand blond, très musclé, aux yeux bleus monte la dragonne bleue Lyra.

Nor’ et Sky se retrouvent sur la plage du Lac rouge comme à leur habitude où ils laissent exprimer leur amour mutuel. Mais ce jour là, Nor’ vient une nouvelle fois de se faire refuser le poste d’éclaireur par son père, elle se sent encore humiliée, vexée, fâchée et très en colère. Même s’ils s’aiment, elle communique peu avec Sky. Se laissant guidée par son ego, elle s’interdit de demander de l’aide et fait toujours comme s’il n’y a aucun problème. Ils se disputent et partent chacun de leur côté.

Plusieurs nuits passent, Nor’ et Vâlvãtaie ne sont toujours pas rentrés. Des recherches sont menées sans succès. Sky pense avoir une idée, ainsi il est nommé grand éclaireur du roi et part à leur recherche. 

Nor’ et son dragon sont en route vers leur destin. Quelles aventures les attendent, Nor’ trouvera t’elle ce qu’elle cherche ? 

Dans ce roman le suspens, l’action et les rebondissements sont garantis. De nouveaux personnages et différentes créatures viennent agrémenter l’histoire. J’ai trouvé la tendresse et la confiance entre les dragonniers et leurs dragons très touchantes. De plus, les descriptions des paysages sont belles et l’évolution de l’héroïne est bien écrite.

La plume de l’auteure, Isabelle Morot-Sir, est agréable et parfois poétique surtout quand elle décrit le panorama. Je conseille cette histoire épique pour tout public. 

Mon dernier mot sera ces extraits :

– Enfermée depuis toujours dans son rôle de fille de Héros, fille du plus grand Capitaine des dragonniers et de la Gardienne du Crystal, c’était déjà beaucoup. A cela elle rajoutait d’être la seule fille dragonnière dans un monde d’hommes, rudes et virils. 

– L’esprit vidé elle se laissa juste emporter par la griserie du vol, par l’ivresse du vent sur son visage, par les battements lents et amples des ailes de Vâlvãtaie, par la force de ses muscles qu’elle sentait comme un prolongement même de son propre corps. Comme toujours, voler lui apporta un peu de sérénité, même si sa colère restait vive, palpitante.

Blog Le Monde De Callistta

Blog Le Monde De Callistta

Critique de  » la Citadelle dans la Montagne » par Callistta du blog Le monde de Callistta

 

Dans ce nouveau roman on suit Nor la fille de Mona et Tard’va mais si l’on a pas lu le premier tome cela ne dérange en rien la lecture de ce livre.

Nor’  décide de passer au dessus de la montagne et de voir ce qu’il se passe de l’autre coté.

Elle y découvre une nouvelle ville avec une population de nain

ces débuts ne sont pas facile car elle ne comprend pas leur langue

mais nor’ est têtue et va apprendre leur langage.

Dans l’autre monde elle a laissé Sky, mais celui-ci fera tout pour la retrouvé.

Un 2 eme tome tout aussi passionnant que le premier

J’ai beaucoup rit avec les nains.

Ils sont géniaux.

Un livre qui vous emporte dès la première page.

J’aime beaucoup le style d’écriture d’Isabelle, plusieurs années que je lis ces livres et j’aime toujours autant quel que soit l’univers ou elle nous emmène.

Je vous conseille tout ces livres. N’hésitez pas ça vaut vraiment le coup de passer de bon moments avec ces personnages.

 

Blog Le Monde De Callistta

Blog de Prose Café

Critique de La Citadelle dans la Montagne

Par Yannick du blog Prose Café

Vingt ans se sont écoulés depuis la guerre. Les rangs des Dragonniers de Terra Draco se sont reconstitués. Comme jadis des centaines de dragons parcourent à nouveau le ciel afin d’assurer la Paix dans le Royaume. Nor’ est l’un d’eux, ou plutôt l’une d’entre eux. Depuis sa mère Mona la Gardienne du Crystal, elle est la seule dragonnière. Une fille dans un monde de guerriers ? Comment peut-elle revendiquer sa place dans une société où le machisme est maître ? Quels choix a-t-elle ? Doit-elle nier tout ce qu’elle est ? Accepter de ne jamais pouvoir égaler ses héroïques parents ? Vers où le destin les guidera-t-il, elle et son dragon ? Quel chemin pourra-t-elle prendre ? Soumission ou rébellion ?

Isabelle m’a fait confiance une nouvelle fois pour ce roman, je la remercie par avance.

La Citadelle dans la montage fait suite à La Citadelle des dragons, quoique… Ils peuvent se lire indépendamment. J’espérais qu’il y aie une suite et bien la voilà. Et je suis pas déçu. C’est du beau travail !!!

Déjà rien que le changement dans le style. J’avais trouvé la plume très/trop académique dans le tome 1, mais là c’est tout autre chose. C’est très moderne, tendance, fluide, bref un plaisir à lire.

Tout comme dans le tome 1, je me suis laissé happer par l’histoire. Nor’ est attachante, une vraie sale gosse, elle se redécouvre dans cette bravache mais se rend compte que son entourage avait raison. Nous pouvons voir cette évolution/révolution, nous la vivons avec elle. Comme elle est fraîche et de bonne volonté, cela fait du bien.

L’univers en lui même ne nous est pas inconnu, c’est dans les classique de la fantasy. Montagne, citadelle (bien sûr), forteresse, bref tout un paysage que l’on découvre à dos de dragon.

Tout comme dans le premier tome, j’ai du mal à situer le public. C’est un peu léger pour moi, vu que je suis un vieil ado sur le retour… Je dirai que c’est plus pour les + de 16 ans voire 17 ans. Bref c’est plutôt pour un jeune public.

En tout cas j’ai bien ri. Ahhhhh les nains ! Que ferait-on s’en eux ? C’est vrai je n’en ai pas encore parlé, il y a des nains et des géants. Ils sont ce que l’on attend d’eux, surtout les nains (à la vôtre   )

Vous l’aurez compris, j’ai pris un réel plaisir avec ce livre.
Bonne lecture.

Blog Le Monde De Callistta

Blog Ma boîte de Pandore

Critique de La Citadelle dans la Montagne

Par Iléana du blog Ma boite de Pandore

Je ne vous présente plus Isabelle Morot-Sir, auteure de feel good books et habituée de notre blog (cf Une histoire de coquelicot et La Fleur de l’ombre). La nouveauté : La citadelle dans la montagne appartient au genre « fantasy ».

Le monde en lui-même et les cultures des différentes races sont suffisamment développés pour se plonger dans le récit, mais il n’y a pas tout le volet historique du continent que l’on retrouve habituellement dans la fantasy pure. Ainsi, ce livre peut être particulièrement conseillé pour les personnes se lançant dans ce genre littéraire, qui n’aiment pas crouler sous un lexique touffu ou encore, qui ne souhaitent pas entrer dans les méandres historiques de ces nouveaux peuples. Étant une grande fan de fantasy, ces spécificités m’ont parfois manqué. Cependant, je comprends le choix de l’auteure de ne pas entrer dans les détails : La citadelle dans la montagne est avant tout une romance entre deux dragonniers.

 Le suspens nimbant l’histoire d’amour entre Sky et Nor’ est parfaitement mené. On pénètre dans les tourments de Nor’, cette jeune femme atypique, dès le premier chapitre. Très vite, la trame se tisse, avec son lot de surprises et de rebondissements, qui permettent aux pages de se tourner toutes seules et vite ! L’évolution des deux protagonistes tout au long du récit se révèle importante, et j’adore ça, vous le savez !

 Les descriptions restent, pour moi, le point fort des fictions d’Isabelle Morot-Sir. L’écrivaine narre les sentiments de ses personnages ainsi que les décors avec une émotion palpable. Les forêts verdoyantes et les éboulis rocheux deviennent d’une beauté à couper le souffle, tant l’immersion, grâce à ce style tout en douceur, est garantie.

 En bref, une romance dans un milieu fantasy joliment narrée grâce à la plume veloutée d’Isabelle Morot-Sir.

Extrait :

« Il eut cependant le temps d’apercevoir un tatouage qui, ornant le haut de son sein gauche, gagnait son épaule. Son nom, Sky, s’étalait en fines lettres noires ressortant sur la peau diaphane de la jeune fille. Les lettres s’étiraient en douces volutes se transformant en oiseaux qui s’envolaient sur son épaule jusqu’à eux-mêmes devenir un dragon planant sur sa clavicule. »

Blog Le Monde De Callistta

Blog de Jeanne Sélène

Déjà une première critique pour mon dernier roman: La Citadelle dans la Montagne

Par Jeanne du blog Jeanne Sélène

J’avais déjà beaucoup aimé le premier roman d’Isabelle Morot-Sir se déroulant dans ce monde : La citadelle des dragons. Encore une fois, c’est une réussite !

J’ai très vite plongé dans cette histoire, principalement grâce à la profondeur des personnages, si humains. J’ai beaucoup aimé Nor’, j’ai aimé suivre ses péripéties et la voir se découvrir elle-même, apprivoiser son « moi intérieur ».

L’univers de fantasy présenté ici est à mon avis un prétexte pour parler des relations humaines (humanoïdes en tout cas) et ceux qui me suivent savent combien c’est important pour moi.
Côté style, j’aime toujours autant la légèreté et la fluidité de l’écriture d’Isabelle.
En bref, encore une belle découverte !

porta. efficitur. sed elementum elit. quis,